bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


St-Jean-de-Niost

Histoire

Histoire

La bataille de Ricotty

Quel Buyatin n’a pas entendu parler un jour de la “fameuse” bataille de Ricotty ? Ce litige mettant aux prises les habitants de Saint-Jean-de-Niost à ceux de Blyes et de Saint-Vulbas, à propos de la fréquentation des pâtures humides, est joliment raconté par Jules Masson, inoubliable paysan poète local.

La Bataille de Ricotty, si elle a vraiment existé, s’est déroulée aux alentours du milieu du XIXème siècle. Elle opposa les habitants de Saint-Jean-de-Niost à leurs voisins de Blyes et de Saint-Vulbas au sujet de terrains dont la propriété devint litigieuse suite aux caprices de la rivière d’Ain. Avec sa verve et sa sensibilité légendaires, Jules Masson tourna un récit en vers de cet épisode marquant de l’histoire du village qui se termina sur une scène plutôt cocasse. Pour la beauté des mots, voici l’intégralité du texte (voir ci-dessous) rédigé par cette inimitable figure buyatine, auteur de nombreux poèmes comme La tragédie des gerbiers noirs en 1956.

“Mon voisin, un savant m’a raconté l’affaire,
Que lui-même autrefois tenait de son grand-père.
Les Blyards s’emparaient d’un terrain en litige.
Parbleu, les Buyatins, atteints dans leur prestige,
Décidaient aussitôt de venger cet affront
Et d’aller sur le champ leur donner la leçon.
Armé d’un bon fléau sur son lourd cheval blanc,
Le maire du pays menait les combattants.
Son adjoint, lui, avait un vieux fusil à pierre,
Mais il ne put jamais faire jaillir la lumière !
Trouvant tous les Blyards dans les champs communaux,
L’on s’invectiva fort, l’on se dit des gros mots.
On se battit ensuite et à grands coups de poings.
On se servit de triques, de fourches, de gourdins.
Un groupe de Buyatins armés de pelles à four,
Sur le dos des Blyards tapaient comme des sourds !
La bataille, un moment, paraissait indécise,
Mais bientôt sous le nombre, les Blyards lâchaient prise.
C’est alors que leur chef, c’était un vieux soldat,
Il avait vu Moscou et la Bérézina !
Le regard angoissé en voyant la défaite,
Pour chercher du renfort lança une estafette.
Ce dernier en courant fit le tour du village
Et ramena les femmes sur les lieux du carnage !
Grand Dieu ! Il était temps, désertant le terrain,
Les Blyards en déroute maudissaient le destin.
Leurs femmes aussitôt sur un commandement,
S’alignant côte à côte, se mirent toutes en rang,
Puis tournant le dos sans peur et sans mystère,
En relevant leurs jupes leur montraient leurs derrières !
Les Buyatins, cloués par une telle audace,
En perdirent le cœur, en perdirent la face !
Céssèrent le combat et rentrèrent chez eux.
C’est, entre nous soit dit, ce qu’ils firent de mieux !
Et Blyes resta vainqueur de ce combat épique,
Grâce aux gestes vengeurs de ces femmes héroïques !”


Sources : d’après l’ouvrage “Les chants de la terre… Saint-Jean-de-Niost - Histoire et mémoire” (juin 2003).




advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne