bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


St-Jean-de-Niost

Histoire

Histoire

Il y a un siècle au village…

Marquée par l’entrée en guerre de la France, l’année 1914 fut mêlée de joies et de peines pour le petit village agricole buyatin qui comptait alors à peine 500 habitants.

Il y a tout juste 100 ans, Saint-Jean-de-Niost était un petit village paisible tourné essentiellement vers le travail de la terre. Les hommes n’étaient pas les seuls à se retrousser les manches, les femmes et les enfants participaient aussi activement aux travaux. L’usage des premières faucheuses-lieuses de fabrication américaine se banalisa rapidement quand, à la veille de la Grande Guerre, les paysans décidèrent de se regrouper pour les acquérir. Malgré une vie de labeur, les Buyatins n’étaient pas pour autant malheureux. Ces derniers pouvaient étancher leur soif à Buyat chez Michel Jacquand, Henri Cachet et Joséphine Falconnet et chez André Catin et Jeanne Maire à Niost sans oublier le café tenu par Louis Guillot sur la place de Buyat. La lyre agricole fondée six années plus tôt, offrait aux jeunes gens la possibilité d’exercer un zèle artistique très éducatif. À partir de 1910, une école privée primaire et élémentaire pour les garçons fonctionne au Plan sous la direction de Louis-Marie Cognet. L’école privée des filles est dirigée par Mademoiselle Coudert. En 1914, les effectifs de la compagnie des sapeurs-pompiers ont malheureusement fondu. Les mobilisés s’appellent Claude Mas, Philibert Lager, François Jacquand, Josèph Nème, Henri Cachet, François Charvet, Lucien Duprat, Joseph Catin, Pierre Biard et Joseph Bozon. Comment ne pas évoquer aussi la rivière d’Ain dont l’histoire du village est étroitement liée. À cette époque, le bac de Port-Neuf connaît ses dernières années de fonctionnement. Enfin, en entendant sonner les cloches appelant à la mobilisation générale, personne au village n’imaginait connaître l’une des périodes les plus sombres de l’histoire récente. Les conscrits de Saint-Jean ont appris l’entrée en guerre de la France le 1er août 1914 par l’affiche de la mobilisation générale apposée sur le mur de la mairie le 2 août 1914. Pour la petite histoire, un an auparavant, le conseil municipal sous l’autorité de Claude Périchon, décida d’acheter du matériel pour les bataillons scolaires, obligatoires depuis 1893 pour les plus de 10 ans. Il s’agissait notamment d’apprendre aux écoliers le maniement des armes et la discipline militaire. Durant l’été 1914, l’enthousiasme est général, tout le monde a espoir d’un retour rapide après avoir mis une bonne raclée aux Prussiens ! Mais la guerre s’éternise. Jean-Marie Goy est l’un des premiers soldats buyatins à tomber dès novembre 1914. Les premiers permissionnaires n’osent à peine raconter les horreurs de leur quotidien, tant la censure prive les uns et les autres de vraies informations.

Sources : d’après l’ouvrage “Les chants de la terre… Saint-Jean-de-Niost - Histoire et mémoire”.




advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne