bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Actualités

Sécurité routière

Sécurité routière

La Préfecture lance un plan d’urgence

La Préfecture lance un plan d’urgence
Photo : Certaines cabines abriteront des radars, et d’autres pas. Ils seront déplacés toutes les deux à trois semaines.

 

Les contrôles sur les routes vont encore s’accentuer dans le département. Lors d’une conférence de presse, le directeur de cabinet du préfet a été clair : compte tenu des mauvais chiffres de la sécurité routière, l’État va durcir son dispositif et personne n’y échappera.

 

Il y a eu 59 morts en 2016 sur les routes de l’Ain, et on comptabilise 14 victimes depuis le début d’année. Des chiffres effrayants, autant de vies arrachées et des familles brisées. Neuf piétons. Deux cyclomotoristes. Onze motards. Un pilote de quad. Trente-six automobilistes, dont huit passagers. Dans le même temps, 323 personnes ont été blessées et hospitalisées, en progression de près de 20 % par rapport à l’année précédente. Et pourtant, le nombre d’accident diminue. Ils sont donc plus graves et se déroulent principalement sur les grands axes de circulation, hors autoroute.

Le département de l’Ain reste un proportionnellement plus marqué par l’accidentologie que le reste de la France.

En 2016, un pic s’est produit en mai, juin et juillet, puis en septembre avec un niveau très élevé jusqu’à la fin de l’année.

S’appuyant sur ce constat, la préfecture a décidé de lancer ce qu’elle appelle elle-même un “plan d’urgence” sur les routes. Cela va se traduire en premier lieu par une nouvelle intensification des contrôles. Vitesse, consommation d’alcool ou de stupéfiants, comportements dangereux, et usage de distracteurs de conduites (smartphones notamment), seront plus intensément visés. En 2016, lors des accidents mortels, l’alcool était présent dans 46 % des cas. C’est énorme. Un refus de priorité est en cause dans 30 % des cas. Depuis 2014, la présence d’alcool ou de stupéfiants sur les conducteurs lors d’accident est en hausse continue.

Tolérance zéro : tout le monde y aura droit !

Julien Kerdoncuf, directeur de cabinet du préfet, souhaite répondre au relâchement du comportement des usagers. “On met en place un plan d’urgence. L’idée c’est d’appliquer en général une tolérance zéro sur les infractions accidentogènes, c’est-à-dire les grands excès de vitesse et toutes les infractions qui mettent en péril la vie des usagers. En clair : une infraction accidentogène équivaut à une sanction.” Et de rappeler les risques liés aux suspensions de points et de permis, le passage devant le juge mais aussi la potentielle saisie et confiscation des véhicules.

Le plan d’action prévoit d’abord une plus grande visibilité des forces de l’ordre sur les routes. Plus présents, ceux-ci seront aussi amenés à agir de manière diversifiée : “De jour, de nuit, en zone rurale, en zone urbaine, à la sortie des événements, les forces de l’ordre seront là partout, pour tout le monde. Autant pour le jeune clubber qui rentre de la Clé des champs que pour le grand-père qui rentre d’un repas de famille le dimanche après-midi.

Le ton est donné. Il n’y aura aucun passe-droit et tout le monde est susceptible d’être contrôlé.

“Je ne peux pas accepter que dans l’Ain, on meurt deux fois plus sur les routes qu’ailleurs”

Des contrôles visibles donc, mais d’autres seront aussi moins visibles. “Dissuasifs” précise Julien Kerdoncuf, “Même quand elles ne seront pas visibles, les forces de l’ordre seront quand même présentes. Les dispositifs discrets de relèvement des infractions fonctionnent déjà à Bourg-en-Bresse.” Des policiers en véhicule banalisé signalent ainsi les infractions à leurs collègues postés un peu plus loin qui assurent la verbalisation. “Les gens doivent toujours avoir en tête qu’ils peuvent se faire contrôler.” Et tant pis si ces mesures risquent de susciter l’impopularité : “La responsabilité que je porte, c’est de tout faire pour que le département ne soit pas l’un des pires en matière de mortalité sur les routes. Je ne peux pas accepter que dans l’Ain, on meurt deux fois plus qu’ailleurs. La répression ne fait jamais plaisir, mais si elle fait baisser le nombre de morts sur la route, je veux bien passer au bûcher” Le message est particulièrement clair.

12 nouveaux itinéraires surveillés par les radars

Du point de vue des moyens, les gendarmes doivent être dotés prochainement de nouveaux tests salivaires permettant de détecter les stupéfiants plus rapidement. Plus besoin de prise de sang pour confirmer la consommation. Un gain de temps et d’efficacité significatif pour les forces de l’ordre.

Sur les voiries en elle-même, ce sont douze “itinéraires protégés” qui vont voir le jour progressivement dans l’Ain, avec la présence de radars autonomes. Le premier se situe sur 54 km entre Loyettes et Bourg-en-Bresse, avec une dizaine d’endroits aménagés, susceptibles d’abriter des radars autonomes, qui changeront d’emplacement toutes les deux à trois semaines. Ces emplacements ont déjà été prévus sur nos cantons d’Ambérieu et Lagnieu, comme en témoignent depuis plusieurs semaines déjà, les panneaux indicateurs installés notamment le long de la RD1075. La mise en œuvre opérationnelle de cet itinéraire se concrétisera dès ce vendredi 19 mai, par l'installation d'un radar autonome sur la RD 1075 au niveau de la commune de Montagnat. Comme prévu, il sera déplacé de façon aléatoire au fil des semaines.

radar-panneau

 

Photo : Depuis quelques mois, des panneaux ont été installés le long de la Rd1075 afin d’aviser les automobilistes que des radars peuvent être déployés sur l’ensemble de l’axe, de Bourg-en-Bresse à Loyettes.




advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne