bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Actualités

Tour de France

Tour de France

Le Tour de France attendu dimanche dans le Bugey

Le Tour de France attendu dimanche dans le Bugey
Ce dimanche, le Tour de France passera de nouveau par le département de l’Ain. Une étape qui s’annonce dantesque avec l’ascension du Grand Colombier par une face inédite. Au sein du peloton, deux représentants du département qui auront évidemment à cœur  de s’illustrer devant leur public : le Belleysan Maxime Bouet et l’ancien sociétaire du Vélo club d’Ambérieu, Pierre-Luc Périchon. Ce dernier a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions. 

 

Dimanche, les coureurs du Tour de France auront franchi le seuil de la première semaine de course. Certains commenceront à trouver leurs marques, à se sentir bien en jambes, à l’aise sur leur selle. Pour d’autres en revanche, la situation va clairement se compliquer. Petits bobos, fatigue de plus en plus pesante, et bien sûr, la perspective des premières véritables étapes montagnardes...Pour eux, il va falloir serrer les dents en espérant un regain de forme au cours de deux semaines à suivre. Ce dimanche 9 juillet, dans l’Ain, ce pourrait bien être le premier rendez-vous déterminant de ce Tour 2017. Une étape de 181km entre Nantua et Chambéry qui offre des perspectives explosives, avec notamment le franchissement du Grand Colombier par une face inédite et verticale. Des portions à plus de 22% de dénivelé, et plusieurs pentes d’une raideur “jamais vue dans le Tour de France” dixit le directeur de l’épreuve, Christian Prudhomme.

Pour au moins deux hommes du peloton, cette étape aura une saveur toute particulière, puisqu’ils évolueront devant leur public. C’est le cas du Belleysan Maxime Bouet, mais également de Pierre-Luv Périchon, ancien sociétaire du Vélo club d’Ambérieu, qui sait qu’il pourra compter sur la présence de sa famille et de ses fans inconditionnels le long des routes. Après avoir échoué au pied du podium des championnats de France, le dimanche 25 juin à Saint-Omer, le coureur professionnel de la formation Fortuneo Vital Concept, enchaîne ici son troisième Tour de France. Classé en 84ème position ce mercredi après 5 jours de course, cet élément précieux de l’équipe Fortuneo, était déjà dans l’échappée qui a animé l’étape du 5 juillet. Repris parle peloton à quelques kilomètres de l’arrivée, il semble bien déterminé à tenter sa chance si l’opportunité se présente.

Rencontre.

Et de trois. Pour la troisième année consécutive, vous participez à la plus prestigieuse course internationale. Que ressentez-vous ?

De la joie bien sûr mais ce n’est pas le premier sentiment qui me vient, car pour moi, le Tour, ce n’est pas une récompense. Je serais content en fait quand j’aurais fait ce que je devais faire. Pour l’instant, c’est plutôt de l’enthousiasme, beaucoup de motivation, l’envie de servir la cause de mon équipe et, si la possibilité se présente, pourquoi pas tirer mon épingle du jeu sur une ou deux étapes.

Le 25 juin, vous étiez tout près d’accrocher une médaille aux championnats de France sur route (il termine 4ème), êtes-vous déçu ou quand même satisfait de votre performance ?

Je suis très satisfait de ma performance et aussi celle de l’équipe. Cela fait plusieurs semaines que je suis en forme. Je trouve qu’il y a vraiment eu une bonne cohésion de groupe, on a vraiment tout tenté pour déstabiliser les équipes des sprinteurs vu qu’on n’en avait pas. Arnaud (Demarre) et Nasser (Bouhanni) étaient intouchables. J’ai une toute petite pointe de déception… Je pense que si j’avais eu confiance en moi, j’aurais pu aller chercher la troisième place du podium. Maintenant, si on m’avait dit le matin même que j’allais faire quatrième, j’aurais signé de suite. Pour récompenser le travail d’équipe, une médaille de bronze aurait été la cerise sur le gâteau.

Quels sont vos objectifs sur cette Grande Boucle 2017 ?

D’un point de vue personnel, essayer de me faire plaisir. Lors de mon premier Tour en 2015, j’avais pris beaucoup de plaisir à faire partie des échappées et jouer des coups de loin. L’an dernier, cela avait été plus mitigé, j’avais été malade les deux premières semaines de course. C’est pourquoi, ma première ambition, c’est vraiment de reprendre du plaisir sur ce Tour. J’ai envie de bien faire et, surtout, d’aider l’équipe. J’ai la chance de pouvoir être “multi-usage”. Je m’en sors quelque peu au sprint, je ne grimpe pas trop mal… J’ai la possibilité d’aider plusieurs leaders sur plusieurs terrains différents. J’ai envie de mettre mes capacités à disposition pour aller chercher, encore une fois, une performance collective.

Les marques de soutien manifestées tout au long de la saison par votre famille à Saint-Jean-de-Niost, vos amis du Vélo-Club d’Ambérieu où vous avez été formé ou bien encore votre fan-club, sont importantes dans la vie d’un sportif de haut niveau ?

Oui en effet. Même je suis un petit peu éloigné de la sphère familiale. J’ai déménagé et habite aujourd’hui Thonon-les-Bains (NDLR : Pierre Luc habitait encore récemment Bettant). Mais j’ai beaucoup de soutien. Après les championnats de France, j’ai dû recevoir une cinquantaine de messages. Je suis très soutenu sur le plan sportif et sur le plan personnel. Ma famille est très présente et me soulage sur plein de choses de la vie de tous les jours, c’est vraiment important pour moi.

Vous avez fêté vos 30 ans ce début d’année, une victoire d’étape serait le plus beau des cadeaux ?

Je pense qu’il n’y a pas d’âge pour s’offrir ce genre de cadeau (rires). Ce serait magique…

Enfin, qui voyez-vous gagner le 23 juillet prochain à Paris ?

Forcément Christopher Froome mais la réponse est “un peu bateau”. J’ai envie d’être un peu chauvin en citant Romain Bardet. Mais on a un petit problème en France, quand on a un coureur qui réalise des performances comme Romain (Bardet), on ne le laisse pas trop tranquille, j’ai peur que cela joue sur sa performance générale. J’espère me tromper et qu’on aura un Français sur la plus haute marche du podium.

Photo : Pierre-Luc Périchon va rouler en terrtoire connu et devant son public.

 

actu-tour-de-france

L’étape de dimanche pourrait faire de très gros dégâts avec le franchissement du Grand Colombier par un itinéraire inédit et offrant des dénivelés records.




advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne