bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Ste-Julie

Commerce

Commerce

Une nouvelle vie se dessine pour l’auberge, sous forme de gestion collective

Une nouvelle vie se dessine pour l’auberge, sous forme de gestion collective
Après une fermeture de plusieurs mois, les Julicyens se sont mobilisés pour rouvrir l’Auberge du Lavoir, un lieu de vie qui manque cruellement au village. Une initiative lancée par un groupe d’élus municipaux, qui portait le projet de créer une Société Coopérative d’Intérêt Collectif. La dynamique est désormais lancée et les énergies semblent au rendez-vous.

 

Le projet de réouverture de l’auberge, avait été présenté le 13 mars 2017 aux habitants de Sainte-Julie. Une réunion qui avait réuni de nombreux participants et lors de laquelle fut évoqué le projet de créer une Société Coopérative d’Intérêt Collectif. Les choses ont désormais bien avancé, et en attendant la réouverture qui semble se profiler, un événement convivial est programmé le 20 septembre à l’auberge. Benjamin, cuisinier et participant actif du groupe, est à l’honneur avec une soirée moules frites (sur inscriptions). Les bénévoles s’organisent autour de Benjamin pour que ce moment soit une réussite, et donne un peu le coup d’envoi de la seconde vie de l’auberge. Ce moment convivial sera précédé d’une animation de l’AMAP (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) qui organise une opération de promotion, de 17h45 à 18h45 à la Maison Julicyenne. Plusieurs producteurs seront présents avec quelques produits en dégustation, comme l’explique Stéphanie Quentin qui s’occupe de l’AMAP à Sainte-Julie et qui participe également au projet de réouverture de l’auberge.
Stéphanie Quentin, que pouvez-vous nous dire sur l'origine de ce projet concernant l’auberge ? Comment tout cela est-il né ?
Quelques élus du conseil municipal, dont je fais partie, voulaient absolument maintenir ce commerce de proximité, ce lieu de convivialité, au centre du village. L’idée est venue de permettre aux habitants de s'impliquer dans un projet collaboratif regroupant collectivité, villageois, et autres partenaires qui le souhaitent.
Aujourd’hui, combien de personnes sont prêtes à participer et quel est votre rôle personnel ?
Une trentaine de personnes. Moi, je mets pour l’instant en relation les personnes et leurs compétences. Je suis également le contact privilégié pour toutes les informations d'ordre général jusqu'à ce que nous ayons un véritable porteur du projet, qui deviendra donc le gérant de l'auberge.
Mais comment voyez-vous fonctionner l'auberge ensuite ? Quel type de cuisine pourrait-on y proposer ?
Nous souhaiterions qu'elle fonctionne sous forme de SCIC (société coopérative d'intérêt collectif). Bien que nous ayons déjà élaboré des hypothèses, ce sera le gérant de la structure, lorsqu'il sera nommé, qui annoncera le fonctionnement des différentes activités : bar, restaurant et épicerie, et les horaires d’ouverture possibles
Il en va de même pour le choix de la cuisine. Nous nous orientons cependant vers une cuisine avec des produits locaux et des produits frais, mais qui permette un service rapide entre midi et deux la semaine, et peut-être plus élaboré les vendredis et samedis soirs. Mais c'est le gérant qui déterminera et officialisera le type de cuisine, une fois qu'il, ou elle, aura pris sa place.

 






advertising advertising advertising advertising advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne