bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Ambérieu


Un autre diffuseur verra-t-il le jour sur l’A42 entre Ambérieu et Meximieux ?

Un autre diffuseur verra-t-il le jour sur l’A42 entre Ambérieu et Meximieux ?
La communauté de communes aimerait convaincre l’Etat de faire construire un diffuseur autoroutier de plus entre ceux de Meximieux/Pérouges et de Château-Gaillard. Le but est de fluidifier le trafic, notamment en direction du Parc Industriel de la Plaine de l’Ain, mais aussi de prévoir l’avenir avec des projets qui vont augmenter encore la circulation.

 

La communauté de communes de la Plaine de l’Ain va lancer une enquête en procédant au comptage des véhicules qui passent sur les routes autour de deux diffuseurs de l’A42, ceux de Meximieux/Pérouges et de Château-Gaillard. Le but est de savoir avec le plus de précision possible quels sont les trajets quotidiens des conducteurs des quelque 32.000 véhicules de tous genres. Des enquêtes physiques seront également prochainement réalisées auprès des conducteurs qui emprunteront ces diffuseurs, au rythme d’un véhicule sur 5, pendant une seule journée, de 7 heures à 19 heures. Avec cette enquête, ou plutôt étude d’opportunité, le but de la CCPA est de convaincre l’Etat de construire un nouveau diffuseur autoroutier entre celui de Meximieux/Pérouges et celui de Château-Gaillard.

Pourquoi un diffuseur supplémentaire entre Meximieux et Ambérieu

D’après la communauté de communes, beaucoup de véhicules qui se rendent sur Ambérieu sortent à Meximieux/Pérouges afin de payer moins cher en péage, et aussi pour raccourcir leur trajet s’ils veulent se rendre au sud ou à l’ouest d’Ambérieu. Or cette habitude augmente le trafic sur les axes routiers voisins, notamment en direction du Parc Industriel de la Plaine de l’Ain. Pour le moment, le flux entrant est sortant sur le PIPA ne pose pas trop de problème, sauf en cas d’accident, ce qui peut perturber l’activité des entreprises du parc. “Il faut éviter la thrombose à venir” comme l’expliquait Hugues de Beaupuy, directeur général du PIPA partenaire de la CCPA dans cette opération. “Le PIPA est à la moitié de son développement, mais il n’y a qu’un axe sur Pérouges et l’accès par le nord est imparfait car le flux routier vient de toutes les directions. Il faut faciliter la fluidité du trafic car s’il y a un grain de sable, ça cause des soucis”. Une nouvelle entrée au PIPA ne serait donc pas de trop. La communauté de communes est elle aussi confrontée aux perspectives locales de développement qui induirait une hausse du trafic routier sur l’autoroute et ses routes connexes. Il y a les projets Transpolis et ACUMTEP sur l’ancien camp militaire des Fromentaux à Leyment, et celui de création d’un musée consacré à la vie et l’œuvre d’Antoine de Saint Exupéry à Saint-Maurice-de-Rémens.

“Des enjeux très forts”

Ces problématiques ont donc incité la CCPA à réclamer la construction d’un nouveau diffuseur entre ceux de Meximieux/Pérouges et de Château-Gaillard, distant l’un l’autre de 19 km ou lieu de 6 entre les autres diffuseurs de l’A42 sur la Plaine de l’Ain et la Côtière. Celui-ci était prévu dans le cadre de la construction d’une extension de l’A48 pour rejoindre l’A42, mais ce projet a été visiblement abandonné par l’Etat.
“Il y a des enjeux très forts pour nous” d’après Jean-Louis Guyader, président de la communauté de communes de la Plaine de l’Ain et nouveau président du syndicat mixte de la Plaine de l’Ain qui gère le PIPA, élu au titre de conseiller régional. Pour lui, il s’agit de fluidifier le trafic routier présent et à venir en désengorgeant les axes, mais il est aussi question de faciliter l’accès à des projets de développement économique, comme celui du musée du Petit Prince dont la fréquentation estimée passerait de 100.000 visiteurs par an à 150.000 avec un diffuseur supplémentaire.
Avec cette opération de comptage qui sera réalisée prochainement, la CCPA et le PIPA comptent bien convaincre l’Etat de lancer à son tour des études pour qu’il puisse juger par lui-même de la pertinence d’un nouveau diffuseur. Car même s’il participe peu au financement de genre d’infrastructure, c’est lui qui décide dans ce genre de dossier. Puis la CCPA devra convaincre l’APRR -concessionnaire de l’A42 encore jusqu’en 2035- de financer ce projet qui peut aussi être abondé par une participation des collectivités locales. Jean-Louis Guyader se voulait optimiste pour convaincre le concessionnaire au vu des arguments qu’il déployait : avec Transpolis, ACMUTEP, la maison du Petit Prince, le projet Orée du Bois -soit l’extension de la zone commerciale Porte du Bugey à Ambérieu- et les nouveaux terrains ouverts dans le PIPA, la fréquentation va augmenter sur l’autoroute, ce qui générera plus de bénéfices pour APRR.
Le lieu même où ce nouveau diffuseur devra être construit n’a pas encore été défini, mais il apparaît que Leyment serait une bonne opportunité en termes de distance entre les diffuseurs de Meximieux/Pérouges et de Château-Gaillard, mais aussi en raison de la présence d’infrastructures déjà existantes puisqu’un diffuseur avait été construit ici lors de la construction de l’A42.
Le comptage des véhicules, ainsi que les projections de hausse de trafic engendré par les futurs projets, sera transmis en fin d’année au préfet de l’Ain.

Photo : Jean-Louis Guyader et Hugues de Beaupuy.




advertising advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne