bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Actualités

Politique

Politique

La Métropole et l’Ain amorcent un “travail d’équipe”

La Métropole  et l’Ain amorcent un “travail d’équipe”
À la fin des années quatre-vingt-dix, les habitants de la Côtière manifestaient pour refuser l’intégration à la Courly. Il a fallu près de vingt ans pour qu’une première rencontre officielle ait lieu entre le président de la Métropole et le président du Département de l’Ain. Elle s’est déroulée la semaine dernière. Le début d’une réelle collaboration ? Et quel rôle ont à jouer les élus de la Côtière ? Compte-rendu de ce premier pas.


Après des décennies à s’ignorer, voire à se rejeter, le département de l’Ain et la Métropole vont-ils commencer à travailler ensemble ? La réponse est oui, c’est le message qu’ont voulu passer le président du Conseil départemental de l’Ain Jean Deguerry et le président de la Métropole, David Kimelfeld, qui ont respectivement succédé à Damien Abad et Gérard Collomb à la tête de leur collectivité l’an passé.

La première rencontre s’est déroulée au Grand Parc de Miribel-Jonage, territoire “agrafe” entre la Métropole et l’Ain, qui abrite également la seule instance où les élus des deux collectivités concernées sont amenés à travailler ensemble. Le site concentre quelques-unes des problématiques plus ou moins épineuses communes : protection de la ressource en eau potable, transport et mobilité, avec l’accès à la Métropole et le déclassement A6/A7 ou le bus à haut niveau de service entre Trévoux et Sathonay, tourisme… L’Ain est venu chercher “une écoute”, un “travail d’équipe” a indiqué Jean Deguerry. “Les discussions sont bien engagées dans un climat de confiance et une vraie volonté d’échange.” David Kimelfeld souhaite une “construction positive” tout en précisant qu’il souhaite “prendre en compte le fait que les décisions de la métropole ont une incidence” sur les territoires voisins. Parmi ses préoccupations, outre le transport, “la santé publique avec l’eau potable” et la “politique de la ville.”

Pascal Protière : “Nous avons des dossiers bilatéraux à mener”

Quelle place ont eu les élus de la Côtière dans cette rencontre ? Ils étaient présents, avec le président de la CCMP Pascal Protière et les deux conseillers départementaux de Miribel, Caroline Terrier et Jean-Pierre Gaitet. Ils demandaient ardemment cette rencontre depuis des années en raison des sujets qui impactent directement leur territoire, mais n’ont pas été l’interlocuteur privilégié. “On attend beaucoup de choses” précisait Pascal Protière, décrivant un “besoin urgent de travailler avec la métropole. Nous, CCMP, territoire aux franges de la métropole et de l’Ain, nous avons besoin d’un dialogue très serein, très direct. […] On ne veut pas à la fois être les oubliés du département de l’Ain et que la métropole ne nous prenne pas en compte. On est essorés. Nous allons bomber le torse. Nous avons des projets bilatéraux à mener”, décrivait Pascal Protière, non sans un peu de déception en voyant les deux présidents discuter ensemble. “La crainte, c’est qu’à chaque fois que l’on voudra parler à la métropole, l’on doive demander l’autorisation à Bourg. C’est inacceptable.”

Les dossiers à l’échelon plus local dépendant plus ou moins de la métropole sont multiples : la construction d’une passerelle mode doux pour l’accès au parc entre Rillieux et Neyron, le complexe cinématographique sur lequel la Métropole sera amenée à se prononcer, la ligne TER Lyon-Ambérieu déjà saturée et bientôt plus encore avec les travaux à la Part Dieu d’ici deux ans, et les discussions autour de la limitation de l’accès au Grand Parc en véhicule… Cette rencontre de terrain a eu le mérite de rendre concrets les sujets abordés. “L’habitant de la Côtière a besoin de savoir s’il peut aller à la Métropole ou si les portes se ferment. S’il peut aller au cinéma chez lui. S’il peut aller en vélo au parc. Mon indicateur de réussite sur ces rencontres avec la métropole, ce sera l’avancement des dossiers. L’idée, c’est que l’on arrive à offrir des services à la population dans tous les domaines pour qu’elle n’ait pas à aller les chercher ailleurs. La CCMP a trop perdu de temps à attendre la fusion qui n’est jamais venue, elle ne peut perdre d’avantage de temps. Jean Deguerry veut être tête de file avec la métropole, j’entends, mais je dis non. Je n’ai pas à demander l’autorisation du président du département, mais je travaillerai en totale transparence avec le conseil départemental, c’est la moindre des choses.”

Une nouvelle rencontre prévue en juillet

Moins virulente vis-à-vis du département dont elle est l’élue, Caroline Terrier estime toutefois que l’Ain ne “doit pas être le parent pauvre. Jusqu’alors, la vision n’a pas été assez globale. Nos problèmes seront un jour ceux de la Métropole. Ce que le département a été capable de faire avec le Grand Genève, il doit être capable de le faire avec la Métropole. Cette rencontre est un premier pas.”

Genève est également l’exemple mis en avant par Jean Deguerry, qui a trouvé en David Kimelfeld “une grande volonté d’échange”. Néanmoins, si le Grand Genève est une instance institutionnalisée, l’Ain et la Métropole ne projettent que des rencontres entre élus, une à deux fois par an. La prochaine est déjà fixée : elle se déroulera en juillet, sur le thème de la mobilité. Jean Deguerry a promis d’associer les élus de la Côtière dans les négociations à venir.   C.B.





advertising advertising advertising advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne