bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Ambérieu

détachement Air 278

détachement Air 278

La Région débloque 137 millions pour l’aéronautique et va créer un centre de formation sur la base aérienne

La Région débloque 137 millions pour l’aéronautique et va créer un centre de formation sur la base aérienne
Le Détachement Air 278 d’Ambérieu est au centre des intérêts des élus locaux. Le conseil départemental travaille toujours pour créer un site de déconstruction d’appareils à Ambérieu, et le conseil régional sur l’installation d’un centre de formation spécialisé dans l’aéronautique. Ces deux projets permettraient à la base de réduire ses coûts de fonctionnement et de faciliter le recrutement du personnel pour son Atelier Industriel Aéronautique.



Plusieurs projets de développement sont dans les perspectives du Détachement Air 278, la base aérienne d’Ambérieu qui a notamment accueilli l’année dernière l’un des premiers contingents du Service Militaire Volontaire, un dispositif d’insertion professionnelle.
Le dernier en date concerne la création d’un centre de formation aéronautique sur un terrain de la base. “C’est une idée de la Région, un peu dans la continuité du SMV” expliquait le colonel Philippe Pillon, chef de corps du Détachement Air 278 et directeur de son Atelier Industriel Aéronautique, l’activité de la base étant essentiellement industrielle pour les besoins de l’armée. “La Région est allée en visite à Bordeaux où les constructeurs et maintenanciers s’étaient mis autour d’une table pour parler de leurs problèmes de recrutement. Ils ont ensuite mis en place une structure d’enseignement avec des cours théoriques et des périodes d’apprentissage pour pouvoir proposer ensuite aux jeunes un emploi, chez Dassault ou Sabena. Pendant cette rencontre, Dassault a expliqué aux élus locaux qu’il avait le même problème en Auvergne-Rhône Alpes”.

Un centre de formation aéronautique

La base aussi peine à recruter dans certains métiers pour son Atelier Industriel Aéronautique, en électronique, électrotechnique et en chaudronnerie. Et la ville d’Ambérieu, située à un nœud de déplacement avec sa gare SNCF, son échangeur d’autoroute et la présence d’aéroport pas très loin, a du potentiel pour accueillir sur la base un site dans l’idée de celui de Bordeaux. Les formations qui seront proposées à Ambérieu, du CAP au BTS voire plus, n’ont pas encore été choisies, il faudra d’abord identifier les métiers en tension qui ont besoin de main-d’œuvre. La Région souhaite avancer vite sur ce dossier d’après le colonel Pillon, tout devra être ficelé pour l’été 2019. Il faudra aussi construire un nouveau bâtiment dans l’emprise de la base pour accueillir ce centre de formation de l’aéronautique et son campus pour les étudiants.
Repris sur le site Internet de Radioscoop, Laurent Wauquiez a annoncé que la Région allait injecter 137 millions pour soutenir le secteur aéronautique de la région, dont le projet de formation à Ambérieu, avec l’ambition qu’Auvergne-Rhône Alpes se classe dans les 10 ans parmi les cinq plus importantes régions d’Europe en termes d’aéronautique. Actuellement, la région compte 350 entreprises dans le secteur aéronautique et spatial, employant 30.000 personnes et réalisant 3,3 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Pour Ambérieu, le conseil régional envisageait une première rentrée en juin avec 300 élèves pour un objectif à terme de 500.

Où en est le projet de déconstruction d’aéronefs ?

L’autre dossier concernant la base d’Ambérieu est toujours en cours. Des prospections et des rencontres ont toujours lieu dans l’éventualité d’installer sur la base une activité industrielle privée pour démanteler et recycler des aéronefs, avions ou hélicoptères. L’intérêt pour l’armée serait de faire l’économie de la gestion d’une piste peu utilisée, coûteuse par rapport au budget dont dispose la base pour fonctionner d’après son commandant.
Le colonel Pillon et le conseil départemental de l’Ain sont allés à la rencontre d’Airbus Helicopters et de Dassault Aviation qui pourraient être intéressés par ce projet, à terme. Car si pour le moment aucune loi n’oblige les propriétaires d’aéronefs à les recycler une fois arrivés en fin de vie, la loi pourrait bien changer. L’Organisation de l'Aviation Civile Internationale travaille dessus. Il faudra alors créer de nouvelles structures pour recycler les appareils jusqu’alors parqués dans des cimetières pour avion, Ambérieu aura encore une carte à jouer pour proposer ce genre de service en Auvergne-Rhône Alpes. Et la base a plusieurs atouts d’après son commandant “Il y a une piste disponible pour les atterrissages, la filière du recyclage se met en place dans l’Ain, notamment avec un site de déconstruction de locomotives à Ambronay, et il y a dans le département le spécialiste national de l’amiante”. Deux activités pourraient être créées avec les entreprises industrielles de l’aéronautique : une activité de déconstruction d’appareils en recyclant les matériaux, comme l’aluminium des fuselages, et une autre pour enlever les équipements de navigation et les faire à nouveau certifier pour les remettre en circulation.
Un rendez-vous était prévu mi-novembre avec le conseil département à ce sujet, mais il faudra attendre que la loi impose la déconstruction des appareils remis au hangar pour véritablement donner ses chances au projet mené sur Ambérieu.




Photo : le colonel Pillon.





advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne