bienfaits vitamine d https://pharmaciefr.org/levitra-generique/ emplois de services de santé mentale


Home
L'ainfo locale en ligne


Ambérieu

700 ans du château des Allymes

700 ans du château des Allymes

Les de Lucinge, seigneurs des Allymes

Les de Lucinge, seigneurs des Allymes
En cette année des 700 ans du château des Allymes, comment ne pas parler de la famille des de Lucinge qui a marqué de son passage ce château médiévale d’Ambérieu ? Zoom sur les plus renommés pour des raison aussi multiples que diverses : René et son père Charles.


René de Lucinge est né dans une famille savoyarde noble en 1553 à Bonneville et a grandi au château des Allymes, demeure de son père, Charles de Lucinge. Après une première expérience militaire contre les Ottomans en 1572 qui n’a pas été un succès mais qui sera déterminante, il reprend ses études de droit et de justice d’où il ressort diplômé en 1576. En 1585, à la demande du duc Charles-Emmanuel de Savoie, il part prendre le titre d’ambassadeur à Paris. Il y restera jusqu’en 1589. Il a ainsi vécu la guerre de religion et a fréquenté les grands noms de l’époque : Henri IV, Catherine de Médicis, le Duc de Guise, Joyeuse, Epernon, etc. Il est contraint de mener grande vie, et, comme nombre d'ambassadeurs de l'époque, en ressortira ruiné. Durant cette période, il est retourné quelque fois aux Allymes, peut-être pour vendre des terres afin de regarnir sa bourse. En 1590 il occupe une petite fonction militaire et vit aux Allymes car il n’a pas bonne presse à Turin, capitale de la Savoie. Mais en 1599, il est rappelé sur le devant de la scène diplomatique par le duc de Savoie afin de régler l’affaire du marquisat de Saluces. C’est une terre disputée entre la Savoie et la France depuis 200 ans et qui avait été conquise par le duc en 1588. Ce qui a déclenché une guerre entre les deux voisins : la Savoie, alliée de l’Espagne déjà en guerre contre la France. En 1595, Henri IV, roi de France, s’installe à Lyon et son maréchal, Biron, fait pression sur la Bresse et le Bugey, propriétés savoyardes. En 1598, la paix entre la France et l’Espagne est signée, la Savoie perd alors son allié. Le 17 janvier 1601, le traité de Lyon est signé par René de Lucinge. En échange du marquisat de Saluces, les pays de l’Ain (hormis les Dombes) sont rattachés à la France. Ce qui suscite la colère de Charles Emmanuel de Savoie envers son ambassadeur. Ce dernier avait reçu en début d’année un courrier du duc où celui-ci lui ordonnait de signer le traité. Mais huit jours plus tard, un second courrier avait contredit ce premier ordre. Mais René de Lucinge, sous la pression du légat du Pape qui menait la négociation, s’en est tenu à la première lettre, certain que le duc y trouverait son avantage. Furieux qu’il ne puisse dès lors s’étendre à l’ouest, le duc de Savoie veut faire couper la tête de son ambassadeur ! René de Lucinge se retire lors dans ses terres des Allymes après avoir écrit un texte pour se justifier auprès de son duc “Les occurrences de la paix de Lyon”. Il publiera un dernier ouvrage, “La manière de lire l’histoire” en 1614.
René de Lucinge est mort en 1624, aux Allymes, désormais terre française. Écrivain distingué, humaniste, il s'est rendu célèbre par de nombreux écrits qui, pour certains, ont été traduits et font l’objet d’études menées en France mais aussi à l’Étranger. Historien, il a analysé les causes des luttes qui déchiraient la France et l'Europe à la fin du XVIème siècle, entre autres avec le “Dialogue du François et du Savoisien”. Ce livre, ainsi que l'intégralité de sa correspondance diplomatique, ont été publiés à partir des années 1960, alors que le “sieur des Allymes” ressortait du long oubli dans lequel l'avait fait tomber la disgrâce de Charles-Emmanuel. De ses ouvrages publiés à Paris en 1588, le plus important offre une étude pertinente sur l'Empire des Turcs : “La naissance, durée et chute des Estats”, qui fut une sorte de best-seller en son temps, traduit dans quatre langues. Par ailleurs, il est le premier auteur à employer l'expression “raison d'État” en français. Une sorte de Machiavel bugiste en quelque sorte...
Car de nos jours, les écrits de René de Lucinge sont reconnus par de nombreux chercheurs et historiens.


Charles de Lucinge : un Barbe Bleue aux Allymes ?

La vie de Charles de Lucinge, père de René de Lucinge et seigneur des Allymes, n’a pas eu l’éclat de celle de son fils René. D’après les documents d’époque, ce Savoyard est surtout reconnu comme un homme bagarreur et paillard, et est même soupçonné d’être un criminel.
Charles de Lucinge a pris une première femme, espérant ainsi une épouse agréable et une dot agréable, mais cela n’a pas été le cas puisque sa femme a eu divers amants. L’un d’eux serait d’ailleurs mort de la main de l’époux trompé. Du moins, c’est ce que l’on présume car d’après les dépositions de l’époque, ce n’est pas lui, il n’était d’ailleurs pas là et n’a rien vu ! Mais un tel geste suscite la méfiance des autres amants et l’un d’eux décide de prendre les devants et essaie de l’empoisonner. Mais l’attentat échoue et le frère de Charles tue l’empoisonneur. À moins que le meurtrier ne soit Charles lui-même, car une fois encore, il n’y est pour rien, il était pourtant là mais n’a rien pu faire…
De par sa vie tumultueuse et de par un caractère qui lui fait régler ses problèmes de la manière que l’on sait, Charles de Lucinge ne pouvait que rencontrer des problèmes avec les représentants de la loi. Pourchassé par la justice française qui occupe la Savoie depuis 1536, il se réfugie aux Allymes. Soupçonné de meurtre et aussi de complot contre la France, en 1557, il est condamné à mort par contumace et le château des Allymes est promis à la destruction. Charles de Lucinge fuit alors en Franche-Comté, mais revient aux Allymes en 1559 après la signature du traité de Cateau-Cambrésis qui met fin à l’occupation française.
Résistant contre l’occupation française ou brigand et meurtrier, l’image que Charles de Lucinge a laissé à la postérité est ambivalente. Par ailleurs, on dit de ce personnage hors normes qu’il aurait tué sa première femme infidèle, Péronne de Beauvoir, et qu’il aurait emmuré sa dépouille au château des Allymes…
Mais ici, la légende pourrait avoir pris le pas sur l’Histoire.

Sources : les Amis du château des Allymes et de René de Lucinge : Internet ; divers ouvrages d’histoire locale.

Photos : Il n’existe aucun portrait d’époque de René de Lucinge. Ici, sa signature ; exemplaire de l'ouvrage le plus fameux de René de Lucinge.





advertising advertising
Comprar Clomid online en España comprar cytotec en España cialis kopen online in Nederland Köpa viagra på nätet utan recept Sverige Acheter clomid pas cher acheter cytotec acheter cytotec en ligne